Joker – Todd Phillips

8 nov

Je ne suis pas une fan de l’univers DC Comic. J’avoue avoir plutôt un faible pour l’univers de Marvel. (Même pas un faible, je suis ultra fan) 

Cependant, j’avais toujours aimé le Joker, le personnage en lui-même. (Comme je peux aimer Batman par exemple) De plus, j’ai toujours adoré les méchants plutôt que les gentils (genre Superman j’peux pas me le voir par exemple). 

De plus, la bande annonce du film Joker nous vendait un film très intéressant. Je suis donc allé le voir à sa sortie, au Rex (quelle fut ma surprise d’atterrir dans la petite salle du Rex au lieu de la grande, j’étais ravie). 

C’est le réalisateur de Very Bad Trip, Todd Phillips, qui prend le pari de réaliser le premier film sur le personnage du Joker et les raisons de son comportement. 

Synopsis : C’est une histoire originale qui nous dresse le portrait d’Arthur Fleck, un homme qui cherche à vivre dans la joie et la bonne humeur mais qui se fait méprisé par la société de Gotham City. 

  Image de prévisualisation YouTube

 

Je n’avais pas pris le temps de lire quoique ce soit sur ce film. J’avais lu des éloges, mais rien sur la trame narrative, et peut-être que j’aurai dû pour apprécier encore plus ce que je regardais. 

Je m’attendais évidemment à voir un développement du personnage qu’est le Joker, mais je pensais qu’il y aurait peut-être des combats, du supers héros. Mais après réflexion, heureusement qu’il n’y en avait pas. Ce n’était pas un film comme les autres de la branche DC Comic. Il est social, psychologique, profond. 

On retrouve tout de même les éléments de DC Comic ; la société chaotique qu’est Gotham City, la brutalité des gens, le futur Batman, le meurtre de ses parents, et forcément le Joker en devenir.  

 

Déjà : Joaquin Phoenix. Il est merveilleux dans ce rôle. Le rire qu’il avait me donner de l’asthme tellement il semblait réel. Je m’étouffais avec lui. Il a réussi à jouer le rire qui n’ai pas voulu et qui est due à sa maladie. On savait lorsqu’il rigolait vraiment (plutôt vers la fin du film) et on savait lorsqu’il rigolait malgré lui. 

Les émotions qu’il arrive à nous transmettre sont des émotions dures. La solitude, l’amour, la haine, le désespoir… Que ça m’a fendue le cœur de voir un homme si déchu alors qu’il ne veut de mal à personne. Le ciel semble lui tomber dessus. Il le ressent de la sorte et on le ressent avec lui. 

Pour la petite anecdote, Gary Gulman qui a joué son propre rôle et qui est un humoriste américain a été perturbé pendant six prises de sa scène de stand up par le rire d’un figurant, incessant et pas vraiment au rythme du stand up…. Jusqu’au moment où il se décide à prévenir Todd Phillips de cet élément perturbateur… Mais juste avant, il comprit que cet élément perturbateur était simplement le Joker en personne. 

Source : Première 

«  »C’était frustrant, » raconte le comédien auprès de Collider. « Il y avait ces gens qui avaient clairement reçu pour instructions de bien réagir à mon numéro, et qui étaient donc enjouées. Mais il y avait un des figurants qui, pour le coup, mettait trop d’enthousiasme dans son rire et cassait tout le timing. Il riait tout simplement trop fort. Au moment où j’allais m’en plaindre auprès de Todd et lui suggérer de calmer un peu le gars, j’ai réalisé que c’était Joaquin Phoenix. Je n’arrive pas à y croire, mais il m’a fallu six prises avant que je comprenne que le type avec le rire bizarre était le Joker.« 

SPOILER 

Dans la scène de la cuisine, où Arthur se laisse aller et rentre dans le réfrigérateur : c’est de l’improvisation totale de la part de Joaquin Phoenix. Le réalisateur a expliqué avoir laissé libre court à son jeu, son imagination. Il ne s’y attendait pas et a même pris peur pendant un court instant avant d’être en admiration. 

Beaucoup critiquent cette scène, car beaucoup essayent de la déchiffrer. Le fait que ce soit de l’improvisation a déçu certains des spectateurs. Cependant, n’oubliez pas que c’est le réalisateur qui décide de garder une scène dans le film et que ce n’est pas parce que c’est de l’improvisation qu’il n’y a aucun message qui passe. Je trouve personnellement qu’il y a encore plus de poésie derrière un acteur qui se laisse à l’improvisation.

FIN DU SPOILER

D’ailleurs, le réalisateur avait écrit le rôle du Joker précisément pour Joaquin Phoenix. Il voulait sa patte, son jeu d’acteur, sa force à l’image. 

Ce film passe bien entendu un message puissant et violent sur la société (de nos jours, je dirai même). Malgré la carte qui explique son handicap, le fait qu’il n’embête personne, tout le monde retrouve quelque chose à redire. Les riches sont au pouvoir, les pauvre sont mis à l’écart. Cela ne vous rappelle rien ? 

En ayant « ras le cul » de ce que cette société lui donnait (c’est-à-dire beaucoup de violences et aucune aide), Arthur Fleck va lâcher ses pulsions meurtrières dans cette société qui semble ne méritait qu’un retour de bâton. 

 

SPOILER 

Dans la scène du métro, lorsqu’Arthur a une crise de rire et que trois hommes en costume cravate se sentent offensés de ce rire, on a qu’une envie ; c’est qu’Arthur devienne violent avec les trois et laisse ses pulsions à l’état sauvage. Et ce qui devait arriver arriva. Je ne prône pas la violence, mais dans le cadre du film, je n’ai jamais senti un aussi gros sentiment de soulagement que de voir cette minable bande se retrouver morte. 

FIN DU SPOILER 

 

Ce film nous montre les côtés ignobles de l’être humain. C’est réel et ça fait peur. 

Bon… Après, il y a des scènes qui sont typiques Joker. Folles, sadiques mais qui semblent juste pour les raisons que seul le Joker peut comprendre. Au bout d’un moment, il n’a plus le but qu’il avait au début. C’est un but bien plus précis et bien plus noir. 

 

Beaucoup de critiques disent que ce film est très violent, pro anarchiste, faisant preuve de validisme (discriminant pour les handicapés) et pas du tout représentatif du personnage qu’est le Joker dans les films. 

Le film est violent : Oui, normal. On est à Gotham City et pas dans le monde des Bisounours. On parle d’un personnage qui laisse libre court à ses pulsions meurtrières, dans un monde où la société n’en à que faire de la violence. 

Le film est pro anarchiste : Il met simplement la révolution d’un peuple qui n’est pas entendu par le gouvernement en avant. La scène de fin peut effectivement nous faire penser que le film nous envoie le message « cassez la gueule à tous les opposants, le peuple vaincra » sauf que, chose à ne pas oublier. LE JOKER EST UN MECHANT DANS LES FILMS. Oui on parle de la psychologie d’Arthur Fleck, mais n’oublions pas que c’est une fiction. Ils prônent la violence, la brutalité. C’est elles qui gagnent, non pas autre chose.

Le film est discriminant pour les handicapés : Non. Justement. Je peux comprendre l’amalgame du « Ils font passer un handicapé pour un taré » mais malheureusement, ses gens-là ont mal compris le message. C’est dans une société brute et intolérante qu’Arthur Fleck grandit. Il a un handicap que les gens peuvent ne pas comprendre sur le coup (spoiler ; cf la scène où il s’amuse avec un enfant qui est derrière lui dans le bus, la mère le reprend et se met à rigoler. Pour ne pas l’inquiéter, il sort une carte avec marqué son handicap.) Donc, dans une société qui le conditionne à être méchant et se révolter de manière totalement proportionnée à la violence de Gotham me semble totalement logique. Je pense que le film exprime justement une envie de dénoncer le validisme. Le Joker dit lui-même une phrase forte et qui résume cette dénonciation « Le pire dans une maladie mentale, c’est que les gens s’attendent à ce que vous agissiez comme si vous n’en aviez pas. »

 

Maintenant, je voulais vous parler d’une théorie. 

SPOILERS

Durant le film, nous voyons plusieurs fois des horloges indiquant 11H11 ; dans une scène avec sa thérapeute en début de film, lorsqu’il quitte son emploi, et également lorsqu’il tue Murray sous les projecteurs. (Du moins, on imagine qu’il est 11h11 car il est entrain sur scène à 22h40.) Mais à la dernière séquence avec sa thérapeute, on peut voir l’horloge indiquée une toute autre heure. 
Est-ce que tout ce qui se passe dans le film se passe en réalité dans la tête d’Arthur Fleck, ou serait-ce simplement des coïncidences ? 

FIN SPOILERS

 

CONCLUSION

J’ai adoré ce film, même si par moment je pouvais me laisser avoir par le rythme qui est assez lent. C’est un film social très intéressant, bien réalisé avec un anti-héros joué à merveille. Il ne faut pas vraiment s’attendre réellement à un film de super-héros mais plutôt à un film réellement social et dénonciateur tout en utilisant les personnages et la ville chaotique de Gotham City. 

 

Note : 8,5/10. 

 

Un beau récit raconté à la perfection grâce à la réalisation de Todd Phillips ainsi qu’à la performance de Joaquin Phoenix. Je ne mets pas de 9 car le rythme m’a fait m’ennuyer quelques fois… Malheureusement.

 

4765874

 

 

Maï-Li

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Judahgxfy463 |
Lesboubousapula |
Fullhdmoviesonline |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Daltonjcip551
| Fortnitecheats323
| Tysonxayg249